top of page

Ma Vision
du Monde
et de l'Humain

vecteezy_gold-circle-frame-texture-and-gradients_10826461.png

L'Éclaireuse
de
Potentiels
.

Image de Greg Rakozy

J'ose débuter cette page par une affirmation "J'aime l'humain". 

Je ne l'aime pas d'un amour sentimental ou affectif (même si, biensur, je peux aimer de cette façon mes proches). Lorsque je dis "J'aime l'humain", je veux dire, je le reconnais comme une être divin, dans sa nature originelle, dans sa perfection absolue qui réside dans sa constitution même s'il ne la reconnait et ne l'incarne pas véritablement. Et je ne l'aime pas seulement lorsqu'il a un an, qu'il a les yeux innocents remplis de candeur ou lorsqu'il affiche un élan de générosité pour les victimes d'un tsunami.

Je l'aime tout le temps. 

Rassurez-vous je ne suis pas masochiste ou totalement déconnectée de la réalité de ce monde. Cela ne signifie pas non plus que vais maintenir des relations souffrantes, inconfortables ou bien peu nourrissantes. Je ne vais pas apprécier ni même valider qu'on me fasse du mal, qu'on me néglige, qu'on m'abuse ou qu'on me mente. Je ne vais pas prendre plaisir à assister aux oeuvres des pires distorsions humaines. Non !

En revanche je peux dire qu'au delà de ce que l'humain peut faire, dire ou penser, à partir de ce qu'il a de plus détourné en lui, que ce soit intentionnel ou non, j'aime (je reconnais) l'humain dans tout son potentiel à révéler ses qualités innées, celles qui véhiculent son essence véritable et éternelle.

Pour autant je ne rejette pas notre dimension humaine, au contraire. J'accueille totalement ce corps physique, dense, parfois lourd et malade et cette psychologie dont nous sommes bien souvent les esclaves. Je les considère comme des outils merveilleux dont nous nous sommes dotés pour venir vivre l'expérience de la dualité sur la terre et qu'il s'agit de reconnaitre comme tels et non comme l'origine de tous nos maux.

"Je pense donc je suis" disait Descartes.

On va avoir un problème.

Je dirais plutôt "j'arrête de penser donc Je Suis" ou plus précisément "j'utilise ma pensée comme un outil au service de ce que je sais de moi, à savoir que je suis le créateur de toute chose et que je vis cela d'une façon tout à fait originale en faisant l'expérience de l'avoir totalement oublié."

Quel mystère que l'incarnation humaine.

Quelle idée loufoque et tout autant admirable que d'être venus vivre des vies humaines sur une terre finie, dans des corps limités et potentiellement souffrants et équipés d'un mental, un égo, un système émotionnel et des sentiments pouvant nous couper totalement de l'Amour inconditionnel que nous Sommes. 

Et j'ai une suggestion qui ne peut pas être donné par le mental humain.

Nous sommes venus vivre l'incarnation sur la terre par Amour et par dévotion absolue à la conscience divine en évolution continuelle et dont nous sommes tous constitués. 

Maintenant que ce cadre est posé, j'expose rapidement ma vision de l'expérience humaine et de son évolution en cours. 

Les plus éclairés sauront que nous traversons depuis 2012 un immense éveil de la conscience humaine.

Un éveil à quoi ? A notre vérité !

L'apocalypse qui signifie "révélation" est bien là. Nous la vivons dans l'humanité toute entière aussi bien qu'en nous. Il serait bien présomptueux de ne voir que les mensonges de nos gouvernants, les dérives d'un système mondialisé basé sur l'argent virtuel ou encore le dévoilements de réseaux tout aussi révoltants les uns que les autres. Car l'humanité corrompue n'est elle pas constitués d'humains comme vous et moi ? Les distorsions et les guerres qui sont en cours n'ont elles pas en premier eu lieu en nous ? 

Plus simplement ma vie, mon quotidien, n'est ce pas moi qui l'ai créé alors que j'ai abandonné toute souveraineté individuelle par confort et par facilité en laissant faire ce qui aujourd'hui peut m'affliger ?

Vivre une vie spirituelle ne signifie pas invoquer les anges, tirer les cartes, faire des soins énergétiques et quelques tours de passe passe. Ce n'est pas non plus avoir compris que notre vécu notamment enfant a eu un impact sur notre personnalité et accuser nos parents, nos proches, le maitre d'école ou encore un ancien conjoint bien peu enclin à la vérité d'avoir générer en nous du désamour, des traumas et plus encore. 

Vivre une vie emprunte de spiritualité c'est avant tout plonger en nous. Là où l'ombre a eu la place de grandir et de régner en toute liberté  et qui se manifeste dans nos vies chaque jour pour nous aider à aller la déterrer.

Seulement voila, c'est pas toujours joli joli, c'est parfois même terrifiant de descendre les marches de notre intériorité pour y rencontrer la noirceur de nos expériences de vie qui s'y est amoncelée. Pourtant, sans aller rencontrer ces facettes de nous qui sont agissantes et qui nous créent bien des difficultés dans nos vies, nous ne pouvons découvrir notre nature spirituelle. Nous fonctionnons en mode pilote automatique, manipulés tantôt par nos sentiments, nos pensées et nos croyances, nos peurs et notre recherche d'amour, rassurer d'appartenir à un clan et d'assurer des fonctions nous permettant de nous définir socialement. 

Cette démarche d'exploration psychologique est le fondement de la conscience de Soi mais ne constitue certainement pas aboutissement. Y en a t-il un d'ailleurs ? Dans tous les cas s'il s'agissait de savoir ourquoi nous allons mal pour aller mieux, cela se saurait !

En revanche il est souvent un préalable nécessaire pour notre mental linéaire cherchant des causes logiques aux évènements qui nous accablent pour accepter la guérison. 

Car le miracle peut se produire en tout temps seulement il est rendu possible uniquement si l'espace de le vivre est fait en nous?

 

 

 

 

LE LÉGENDE DU COLIBRI

telle que la racontait pierre rahbi

Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! »

Et le colibri lui répondit : « Je le sais, mais je fais ma part. »

bottom of page